Tout ce qu’il faut savoir pour bien nourrir son chat

Le chat et le chien arrivent sur la première marche du podium des animaux de compagnie préférés des Français. Pas moins de 14 millions de chats et 8 millions de chiens partagent notre quotidien en 2021. Et parce que leur bien-être et leur santé sont ce qu’il y a de plus important pour leur humain, nous avons souhaité vous proposer ce guide de l’alimentation pour chien et chat.

En effet, une alimentation adaptée et équilibrée constitue la base indispensable au fonctionnement de tout organisme, que l’on parle d’humains, d’animaux et même de végétaux. Ce constat est d’autant plus vrai quant à l’alimentation du chat, carnivore strict aux besoins spécifiques.

Toutefois, trouver la meilleure alimentation qui soit pour nos amis les félins n’est pas si simple. La variété des aliments en vente et les nombreuses marques disponibles rendent le choix bien plus complexe. Voici ce qu’il faut savoir pour bien nourrir son chat.

Les bases de l’alimentation des chats

L’alimentation constitue l’unique source d’énergie de tout être vivant. La nourriture du chat doit donc couvrir l’ensemble de ses besoins énergétiques, mais aussi, respecter son régime alimentaire spécifique de carnivore. Il y a donc des règles à respecter pour bien nourrir son chat.

L’apport calorique du chat

Il est indispensable de bien comprendre la notion d’apport calorique. Il s’agit de la quantité de calories (énergie) apportée par la nourriture. En quantité insuffisante, le chat ne dispose pas de l’énergie nécessaire pour ses activités. À l’inverse, en quantité trop importante, les calories ne sont pas entièrement utilisées et vont donc être stockées. Contrairement à ce que l’on croit, l’obésité chez le chat est un mal assez répandu et qui ne cesse de s’étendre : 52 % des chats domestiques dans le monde souffrent d’obésité. 

Les conséquences de l'alimentation sur la santé et le bien-être du chat sont bien réelles. Ainsi, l’apport calorique doit permettre d’assurer :

  • le bon fonctionnement de l’organisme, c’est-à-dire l’ensemble des fonctions vitales (respiration, activité cardiaque et cérébrale, digestion, etc.) ;
  • le bon fonctionnement des activités secondaires du corps (qu’il peut mettre en veille en cas de sous-alimentation), comme le système immunitaire ou la pousse des poils et des griffes ;
  • l’activité physique, encore plus importante pour un chat d’extérieur.

En outre, l’alimentation du chat doit respecter l’anatomie caractéristique du carnivore.

Le régime alimentaire des chats

Avoir une alimentation suffisante en termes d’apport calorique est une bonne chose, à condition que les aliments soient adaptés au régime alimentaire du chat. Un chat est un carnivore strict, aussi, son anatomie est conçue en ce sens. En effet, les chats ont un système digestif plus court pour assurer une digestion rapide, permettant de disposer facilement de l’énergie nécessaire à leur survie. C’est notamment pour cela qu’ils prennent plusieurs petits repas par jour.

Rappelons qu’à l’état sauvage, un chat se nourrit seulement des proies qu’il chasse. Son alimentation est donc essentiellement constituée de viande. Néanmoins, en ingérant les animaux dans leur intégralité (poils, viscères, os, etc.), il bénéficie de l’ensemble des minéraux indispensables à sa survie. En outre, il ingurgite également le contenu de l’estomac de ses proies (par nature herbivores), ce qui participe à l’apport de fibres. 

On comprend alors aisément que certains aliments, consommés en trop grande quantité, sont néfastes pour la santé du chat. De même, il existe des aliments dangereux ou toxiques pour les chats (oignon, ail, chocolat, raisin, lait, etc.), qui peuvent les conduire à la mort. C’est pourquoi il convient de choisir les aliments industriels pour chat avec soin.

Les différents aliments pour chat en vente

Maintenant que l’alimentation du chat n’a plus de secret, il est légitime de s’interroger sur les aliments à choisir pour nourrir son chat. Quel que soit le type de nourriture choisie, celle-ci doit pouvoir satisfaire les besoins de l’animal en protéines, lipides, glucides, minéraux, vitamines et oligo-éléments. Il existe deux types d’alimentation : les aliments secs et les aliments humides.

Nourrir son chat avec des croquettes

La plupart des chats domestiques sont aujourd’hui nourris avec des aliments secs : les croquettes. Il faut dire que cette forme d’alimentation est pratique dans le quotidien hyperactif des propriétaires de chats. Toutefois, le chat doit savoir se réguler de lui-même, pour que le maître puisse lui laisser une grosse quantité de croquettes à disposition et ne plus y penser par la suite. 

Les marques de croquettes ne cessent de se multiplier pour proposer toujours plus de saveurs différentes. Néanmoins, toutes ne se valent pas. La lecture attentive des informations nutritionnelles (sur lesquelles nous reviendrons dans le détail) sur le sachet alimentaire est donc cruciale. En effet, certains industriels n’hésitent pas à baisser la qualité et la quantité des ingrédients contenus dans leurs croquettes, au profit d’une marge plus importante. 

C’est particulièrement le cas en matière de céréales (riz, blé, maïs, orge, etc.). Les céréales contiennent de l’amidon, qui permet de lier les ingrédients des croquettes pour obtenir un produit sec compact. Le problème est que les chats ne tolèrent pas une quantité trop importante de céréales. 

Heureusement, il existe désormais des croquettes garanties sans céréales, où m’amidon provient d’une source alimentaire adaptée aux chats (courgette, petits pois, courge, etc.). Rappelons que le chat sauvage consomme des légumes, mais en petite quantité. En outre, une partie des céréales est également remplacée par un apport de viande fraîche, pour une alimentation aussi naturelle que possible. 

Les croquettes étant un aliment sec, il convient de toujours laisser de l’eau fraîche à disposition du chat.

Nourrir son chat avec de la pâtée

La pâtée pour chat est une alternative intéressante aux croquettes, dans la mesure où il s’agit d’une alimentation humide. Elle contribue donc à l’apport d’eau directement par la nourriture. En effet, un chat est un animal qui boit naturellement peu. Dans certains cas, il est même nécessaire de recourir à quelques subterfuges pour l’inciter à boire (fontaine à eau ou goutte à goutte du robinet par exemple). Cela s’explique par le fait qu’un carnivore couvre ses besoins en eau grâce à l’eau contenue dans le corps de ses proies. 

Nourrir son chat avec de la pâtée est donc particulièrement recommandé en cas de problèmes de santé au niveau des reins ou de la vessie, mais également pour la chatte allaitante. Il est même recommandé de nourrir ponctuellement son chat avec une alimentation humide en parallèle d’une alimentation à base de croquettes.

Néanmoins, tout comme les croquettes, la composition des pâtées industrielles est à regarder à la loupe, pour s’assurer que la quantité et la qualité des ingrédients correspondent aux besoins nutritionnels du chat.

Les besoins nutritionnels du chat

L’alimentation du chat doit permettre de combler ses besoins nutritionnels grâce à un apport calorique adapté, et ce, tout en respectant son régime alimentaire. Bien évidemment, les besoins nutritionnels du chat sont variables selon son âge, son niveau d’activité et certains cas particuliers. Comment nourrir son chat en fonction de ses spécificités est donc la grande question que se posent de nombreux maîtres. 

Choisir les aliments de son chat

Peu importe que le chat soit nourri aux croquettes (avec ou sans céréales), à la pâtée, ou avec un mélange des deux types d’alimentation, ce qui importe est la qualité des ingrédients et la composition de l’aliment.

Les protéines doivent être l’ingrédient dominant du produit alimentaire, ce qui implique qu'elles soient indiquées en tout premier. En outre, il est indispensable que ce soit des protéines animales, car elles sont bien mieux assimilées par les chats. Il convient également de s’assurer du taux de viande fraîche ou de poisson (notamment dans les croquettes).

Les glucides ne doivent jamais avoir un taux supérieur à celui des protéines, ils doivent même être les plus bas possible. Dans la pâtée pour chat, constituée de presque 75 % d’eau, il ne devrait pas y avoir plus de 3 à 5 % de glucides et 27 % maximum dans les croquettes.

Le niveau de qualité de la nourriture pour chat a une incidence directe sur sa capacité à couvrir l’ensemble des besoins nutritionnels propres à l’animal. En effet, pour une quantité de nourriture équivalente, les aliments haut de gamme ou «premium» couvrent bien plus de besoins que les produits d’entrée de gamme. 

Ce dernier point est donc important pour déterminer l’apport calorique nécessaire au chat.

Déterminer l’apport calorique de son chat

Pour déterminer l’apport calorique de son chat, il convient de s’appuyer sur deux principaux facteurs : l’âge de l’animal et le niveau d’activité.

En effet, les besoins évoluent selon l’âge du chat qui s'organise comme suit : 

  • le chaton jusqu’à un an ;
  • l'adulte entre 1 an et 11 ans ;
  • le sénior à partir de 11 ans.

Un chaton en pleine croissance a besoin de plus d’énergie qu’un chat âgé. À cela, s’ajoute donc le niveau d’activité, qui dépend à la fois de l’âge du chat et de son mode de vie :

  • le chat d’intérieur peu actif ;
  • le chat avec une activité extérieure modérée ;
  • le chat très actif, vivant le plus souvent dehors.

Toutes les gammes de croquettes ou de pâtées indiquent une quantité de nourriture recommandée. En outre, il existe des produits adaptés aux périodes de vie du chat : croquettes spéciales chaton, sénior, chat stérilisé, croquettes diététiques, etc. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à demander l’avis d’un vétérinaire, qui saura adapter ses conseils à chaque situation.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Va chercher !