À quelle fréquence doit-on nourrir son chien ?

Parmi les règles à respecter pour bien nourrir son chien, il y a l'adoption d'une alimentation saine et équilibrée. Le type d’alimentation auquel vous soumettez votre animal de compagnie détermine son état de forme. Si certains maîtres optent pour une alimentation naturelle avec de la viande, des os crus et des restes d’aliments, d’autres sont plus en phase avec l’alimentation industrielle, dont la croquette est le produit phare. Cependant, la qualité de l’alimentation d’un chien ne dépend pas uniquement de la nature des aliments. La quantité de nourriture et la fréquence des repas comptent aussi. Ce dernier aspect est très important. En effet, le fractionnement de la ration alimentaire permet de limiter les risques de torsion de l’estomac. Alors, combien de fois par jour doit-on nourrir son chien ?

Combien de fois nourrir son chien : l’âge est un facteur déterminant

À la question de savoir combien de fois par jour nourrir son chien, la réponse doit nécessairement intégrer une variable qui est l’âge. Il faut savoir que la fréquence d’alimentation d’un chiot n’est pas la même que celle d’un chien adulte.

La fréquence d'alimentation pour un chiot

L’estomac d’un chien atteint sa taille définitive au-delà de 7 mois. Pendant ce temps, c’est tout le corps de l’animal qui subit une transformation. Un chiot en pleine croissance a donc besoin de manger plus de fois par jour qu’un chien adulte afin que ses besoins en calories soient intégralement couverts. D’ailleurs, le manque chronique de nourriture chez un chiot peut entraîner une insuffisance pondérale, c’est-à-dire une diminution de sa masse musculaire et de son score d’état corporel par rapport à des spécifications standards (s’il s’agit d’un chien de race). Cette situation est généralement à l’origine d’un retard de croissance du chiot, mais également d’un affaiblissement de son système immunitaire et de bien d’autres problèmes qui surviennent à l’âge adulte (trouble de l’équilibre hormonal, infertilité, problèmes de peau, etc.).

Pour éviter toutes les déconvenues découlant d’une mauvaise alimentation, il est conseillé de nourrir un chiot 4 à 5 fois par jour dès qu’il est sevré (au bout de 8 semaines), en quantités bien définies. À partir de 3 mois, la fréquence d’alimentation peut être réduite à trois, puis à deux au bout de 6 mois. Le maître doit toutefois s’assurer de procurer à son animal de compagnie la dose de nourriture quotidienne nécessaire à son épanouissement. Cette valeur est indiquée le plus souvent sur les paquets de croquettes de qualité supérieure ou les boîtes de pâtées premium vendus dans le commerce. Ce n’est pas tout ! Le repas doit toujours être servi à la même heure et au même lieu. Le fait de transformer ce moment de restauration en rituel permet de réduire les sollicitations.

La fréquence d'alimentation pour un chien adulte

Un chiot peut être considéré comme adulte entre 9 et 12 mois (s’il est de petite taille), entre 10 et 18 mois (s’il a une taille moyenne) et entre 18 mois et 2 ans, voire 3 ans (s’il appartient à la race des gros chiens). La taille du chien est déterminée par son poids. Un chien de petite taille pèse entre 5 et 15 kg, un chien de taille moyenne pèse entre 15 et 40 kg et un chien de grande taille pèse au-delà de 40 kg. Lorsque votre chien atteint ces mensurations, vous pouvez considérer que sa croissance est terminée. Dans ce cas, il est recommandé de diminuer la fréquence des repas. En effet, un chien adulte à des besoins caloriques plus modestes qu’un chiot. Il peut donc se contenter d’un ou de deux repas par jour, à définir selon vos préférences. 

Pour les chiens adultes de grande taille, il est préférable de maintenir une fréquence de deux repas (matin et soir idéalement) pour limiter les risques de torsion de l’estomac et pour leur permettre de conserver une bonne tonicité tout au long de la journée. Il faut cependant veiller à ce que la prise des repas soit éloignée de toute activité physique. Pour ce qui est de la ration, elle peut être identique ou plus abondante le soir, notamment pour les chiens-guides.

Fréquence des repas d’un chien : les autres critères à considérer

Si la fréquence des repas d’un chien dépend principalement de son âge, il y a d’autres paramètres à prendre en compte si l’on veut réussir l’alimentation de son compagnon à quatre pattes, notamment le niveau d’activité physique et l’état de santé. On peut également déterminer la fréquence des repas en fonction du statut de l’animal (femelle gestante, chien stérilisé, etc.).

Le niveau d’activité physique

Le niveau d’activité physique de votre chien dépend généralement de sa race. Les chiens qui sont moins actifs à l’âge adulte sont les races les plus petites (Yorkshire Terrier, Teckel, Caniche, Chihuahua, etc.). Casanières et ne débordant pas spécialement d’énergie, ces boules de poils n’ont pas des besoins caloriques très importants. Ainsi, leur fréquence de repas peut être limitée à une seule prise dans la journée.

Ce n’est pas pareil chez les chiens de race sportive (Berger allemand, Labrador, Husky sibérien, Malinois, etc.) et les races de gros chiens (Saint-Bernard, Dogue de Bordeaux, Terre-Neuve, Kangal, etc.). En dehors du fait que ces chiens ont besoin d’un apport nutritionnel spécial en raison de leur mode de vie et de leur taille, ils doivent être nourris plusieurs fois dans la journée. Cela revient à leur administrer deux à trois repas par jour. Selon les spécialistes, deux repas suffisent pour couvrir intégralement leurs besoins énergétiques.

L’état de santé

L’état de santé et la forme physique de votre compagnon canin déterminent a priori le type d’alimentation qu’il doit recevoir. Un chien en bonne santé est soumis à une alimentation physiologique, tandis qu’un chien qui affiche des problèmes médicaux (gastrique chronique, anorexie, obésité, insuffisance rénale ou cardiaque, etc.) doit bénéficier d’une alimentation diététique adaptée à ses besoins. Qu’en est-il de la fréquence de repas dans ce cas ? La présence d’une pathologie nécessite impérativement de fractionner les repas pour une meilleure digestion des aliments. Ainsi, il est recommandé de diviser la ration journalière de votre canidé en deux, voire en trois repas.

Les cas particuliers des femelles gestantes et des chiens stérilisés

Une femelle gestante ou allaitante a des besoins nutritionnels et caloriques plus importants qu’un chiot. Il faut savoir que ces besoins énergétiques sont susceptibles d’augmenter de 10 % chaque semaine (à partir de la 5e semaine de gestation). C’est justement dans cette période qu’il faut commencer progressivement à augmenter les apports énergétiques. Cela signifie qu'il faut la nourrir plusieurs fois par jour (entre 2 et 3 fois), comme les races de gros chiens, avec des aliments riches en protéines, en acides gras essentiels et en calcium. Des croquettes bio composées des ingrédients riches en nutriments permettront d'assurer la bonne santé de la chienne en gestation et de soutenir le développement de son bébé à naître.

Qu’en est-il des chiens stérilisés ? Leurs besoins alimentaires ne sont pas les mêmes que les chiens qui conservent intact leur attribut de reproduction. Il existe sur le marché des croquettes « spécial chien stérilisé ». Mieux vaut opter pour le format bio afin de préserver la santé de votre animal de compagnie. En ce qui concerne la fréquence des repas, elle ne change pas. Le chien va être nourri une à deux fois par jour en fonction de son poids, de sa taille et de son niveau d’activité physique.

En définitive, le libre service n’est pas très conseillé pour l’alimentation des chiens, parce qu’ils ont beaucoup de mal à se rationner (ce qui n’est pas le cas des chats). Ainsi, il est nécessaire de fournir à votre chien la dose d’aliments qui lui convient, selon une certaine fréquence et aux mêmes heures. Cela y va de son bien-être.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Va chercher !